Sorry, your version of Internet Explorer is too old to view SurfersVillage.com properly.

Why not try Chrome instead.

zo

Villages:

6th edition of EuroSIMA Surf Summit big hit in Hossegor

 


Surf Summit surf lessons : photo Jean-Marc Favre




Industry News

6th edition of EuroSIMA Surf Summit big hit in Hossegor        > Francaise ci-dessous

Surfersvillage Global Surf News, 15 October, 2007 : - - The sixth edition of the EuroSIMA Surf Summit, a two day conference, bringing together key players and both International and European leaders of the board sports industry took place last September 26th and 27th at the Sporting Casino in Hossegor, France.

Presided by Frédéric Basse, co founder of Rip Curl Europe and EurosSIMA (European Surf Industry Manufacturers Association) President, these two days of conferences and debates welcomed over a hundred participants. Quality professionals and experts shared their knowledge and expressed their opinions on future market tendencies for the industry.

SUCCESS STORY: THE VOCENTO GROUP - Presentation by Fernando Berridi, El Diaro Vasco

Vocento is the number one multimedia and communications group in Spain. Its market shares (24,2% of global press circulation)  are based on 13 editions, all published daily (ABC, El Correo, El Diaro Vasco, El Diaro Montañes, La Verdad, Ideal, Hoy, Sur, La Rioja, El Norte de Castilla, El Commercio, La Voz de Cadiz and Las Provencias). This strong publishing position provides the group with high journalistic quality and independence as well as a strong proximity to its various readerships.

In terms of the most prominent publication, El diaro Vasco (90 000 copies sold daily), the reasons pushing readers to buy this publication rather than another, are the following:

- A search for reinforcement
- A means of entertainment
- A need for information or training
- Relaxation
- A feeling of being part of a group
- To develop social ties and interactions
- The “sentimental mile” (proximity of readership and adaptation to local issues)

These reasons, as varied as they may be, are the same when it comes to choosing a magazine, a television show and/or websites.
It is therefore based on the emotional behaviour of El Diaro Vasco readers, that the Vocento group has established its global strategy for multimedia development.

In addition to its status as the leader in the press industry, Vocento is also the number one group in terms of weekly supplements and specialized magazines. Its sphere of activity also reaches out to the audio visual and entertainment industries, through radio, television and internet with over 11 million people directly connected to their websites.

By playing on different multimedia tools, the Vocento group reaches out to all audiences, each with different lifestyles and therefore unique ways of gathering information. Therefore, by offering a variety of media tools, the group ensures itself a wide and varied audience.

In terms of the board sports industry, and particularly surfing, the Vocento group is attempting to position itself strategically.  Firstly, covering specific sports news represents a significant potential for specific readers and therefore new clients.  The emotional element of the sport plays a significant role in terms of marketing and offers a group such as Vocento a guarantee of reaching a specific audience through tools and actions that they can relate to.

Press supplements and sponsoring of all surf events on the Spanish Basque coast, with the support of the Euskadi Surf Federation, allows the group constant presence and therefore legitimacy and a privileged link to surfing. 

By placing itself as a major partner of surfing news and events, the Vocento group covers information which relates to a wide audience, and therefore is able to move from a niche, to reaching the general public. The goal always being to attract and keep new clients, the group has followed the boom in Surfing and its constant increase in popularity, by placing itself as an official multimedia partner of the industry.

ROBBY NAISH : CONVERSATION WITH A WINSURFING LEGEND

Conversation between Férédric Basse,’EuroSIMA President and cofounder of Rip Curl, et Robby Naish, windsurfing and kitesurfing legend. Robby Naish (born Robert Staunton Naish, in 1963, in la Jolla, California) is to be counted among some of the greatest figures of windsurfing worldwide. Robby started windsurfing at the age of 11, initiated by his father on the Hawaiian island of Oahu.


From the start, this sport was a revelation for him. More than a passion, he completely threw himself into windsurfing, and a little while after, a highly determined and ultra focused 13 year old Robby went on to win his first world title. Although he was very young, Robby showed exceptional maturity: aware of his talent and how lucky he was, he worked day after day on trying to achieve total control and reach excellence.


Professional and dedicated, Robby has self imposed a strict way of life: setting precise objectives and following a rigorous daily discipline to reach them. He admits that he has always lived for the sport and the passion of it. Far from the surfing industry, Robby lives peacefully without internet or cell phone and wakes up every day only for windsurfing and the pleasure of riding.

It is with a pessimistic view that he sees the invasion of new technologies in every day life, enslaving people to their addictions. In love with riding, Robby is also an athlete who lives for his sport and not the money that gravitates around it. A faithful 25 year relationship with Quiksilver, his long term sponsor represents the type of relationships he maintains with his financial partners, his colleagues and co workers.

An icon of excellence in international windsurfing and several times World Champion, Robby also threw himself into kitesurfing in the 90s, and once again, he proved to be without question a master in the discipline. In 2006, he created his own kite equipment brand, and expects from his colleagues as well as his partners, that in addition to riding, they pursue happiness in everything they do on a daily basis.

A prodigal athlete and working sportsman, Robby portrays a wise and mature man, leading a healthy life of daily happiness and freedom to ride.

A GOOD LOOK AT YOUTH - Presentation by Florence Hermelin, NRJ Lab

For the third consecutive year, NRJ Lab, of the NRJ group has looked into the elements, which structure the thoughts and actions of 11 to 25 year olds, through an exclusive qualitative and quantitative study, YOUTHology®.

This year, over 650 youths were directly involved with the study, with over 150 questions asked on the internet, 50 open questions analyzed through software and nearly 20 ethnological notebooks sent in, in addition to qualitative groups in Paris and street interviews both in Paris and throughout the country.

State of grace: Last year, we left youths saturated by their fears and feeling disabused in a world where they found it difficult to find their place. Today, they appear as more serene and optimistic. A new dynamic of hope was generated during the election period. The elections seem to have given youths a true motive for hope to improve their situation. France has a future since 7 youths out of 10 declare themselves as optimistic.

Limits of intimacy: New technologies have finished liberating the voice of youth. Thanks to the anonymity of screens, they have confided without holding back, sometimes to extremes. Over 8 youths out of 10 say there is no subject that is taboo on the internet.

Consequently, intimacy is intertwined with the collective and youths have come to realize the importance of digital identity and the traces they leave behind. They have begun to measure the importance of their reputation. Over 7 youths out of 10 are careful about what they write on internet and 1 out of 2 youths feels constantly watched.

From hyper solicitation to the feeling of intrusion : The hyper solicitation by brands that yesterday they expected is today felt like an intrusion and judged to be disrespectful of their private lives. Youths criticize the lack of consideration and creative audacity. They have the feeling that brands reproduce identical replicas of their lives without trying to adapt or simply repeating what worked in the past.

They hate everything related to the “diktat of technological must haves”, orchestrated by brands, and now reject all forms of aggressive communication:

- telephone ads 88%
- text message ads 86,1%
- Spam mail 80,2%

They refuse to relinquish any of their freedom to gain in pleasure. It is therefore time for brands to conjure the feeling of intrusion by privileging proximity networks, both geographically and emotionally.

A radicalisation of behaviours : In parallel, YOUTHology® has revealed a radicalisation of the behaviour of a part of the population studied. Youths see this period with so much hope for change that a disappointment could lead them to sink back into themselves and their private worlds. Immerged in a culture of mimicry, they feed off information, which is totally in sync with their preferences. This behaviour could lead to autarkical thinking.

Another radical behaviour to note is the almighty “girl power”. To exist in a man’s world, girls have had to harden their attitude. This is represented by a quest of ultra identity in reaction to the opposite sex.

Girls have retracted into what is still inaccessible to boys, by showing an ultra glamorous image, which can sometimes go as far as caricatures.
Furthermore, to prove that they count just as much as boys, girls no longer hesitate to borrow men’s codes and multiply risky behaviour. They smoke more cigarettes (23%), admit to drinking more alcohol (52,8%) and smoke more joints on a regular basis (2,7%).

Towards responsible means of consumption: Without wanting to provoke useless revolutions, our conservative youth of yesterday, believes that it can infiltrate the system to control it better and offer alternatives to change the world.  Today, youths reject the commonness of the offer generated by excessive choice, by achieving efficient time management, and limiting their increasing guilt by more responsible purchases.

They want to give meaning to their consumption and feel responsible for future generations: Tomorrow, beauty will no longer be in what is new, but in what is durable (e.g.: products that may have several lives thanks to recycling). They expect brands to follow them down this path: partner brands that are both at the origin of new paths and a landmark for responsible consumption.

As a consequence, it is up to brands to respect this amazing hope for renewal, which if it is not respected, will entail the break in the fragile balance between the radical behaviour and open mindedness we see today. It is important to walk along side youths in this new dynamic, which values a plural and interactive intelligence, emphasized by new technologies.

DIGITAL ERA AND FLOW CULTURE - Presentation by Isabelle Raugel, Paysagiste Numérique

In a world constantly changing, digital technologies change our ways of working, relations between people and even our way of thinking on a daily basis. Isabelle Raugel, founder of the think tank « Paysagiste Numérique », brings a critical view of this new era, which she refers to as « the digital era ».

The explosion of the internet in the past decade was the beginning of this new era. In 2005, over a billion people worldwide used the internet on a daily basis and over 2 billion people owned a mobile phone. The Asian market alone represents over 37% of connected users worldwide and over 41% of mobile phone users.

The increase in popularity of blogs (personal pages) represents the “show and share” phase. Blogging therefore can be seen as a social media, allowing people to connect to other people and to give these same people the opportunity to put and share information online.

Websites specialized in « sharing tools » multiply each day and set up new perspectives to connect people based on their preferences. It is therefore within a participative and no longer a static web that industries must find their place by offering products that can be tested, used and analyzed.

The classic scheme of internet users searching for information on a product and its characteristics is now obsolete.  Today, users want to be able to test products, and that is the whole difficulty of non media marketing strategies.

A product must be developed online and be able to be tested and shared by users.  A product’s notoriety will therefore depend on the trust that users will or won’t express, being now the counsellors, buyers and consumers.

The key to success for a company, will therefore reside in a relationship based marketing strategy (and no longer an industrial economy based strategy), which is adaptable, intangible, which flows and responds to the expectations and demands of various audiences.

GREEN TO GOLD: THE OPPORTUNITIES OF SUSTAINABILITY FOR THE SURF INDUSTRY
Presentation by Elisabeth Laville, Utopies. Environmental policies in companies have gradually entered industrial societies and have now become the norm. Whether by pure conviction, following a trend or by political or legal obligation, industrials have had to adopt green strategies to respond to their clients demands and to simple stay in sync with today’s society.


Elisabeth Laville, creator and director of Utopies (Consultancy firm specialized in sustainable development for companies), has enlightened us on the different steps for clean policies and related actions. The realization of the importance of ecology took place in three steps:


In the 80s: A time when companies integrated protecting the environment through sponsorships or financial donations to symbolic associations, but without changing their commercial and industrial strategies.

In the 90s: Environmental measures were put in place in companies to « clean » practices. Environmental charts, counselling and guidelines for sustainable development were sent and circulated in companies. The realization gradually grew, but environmental strategies weren’t global and remained focused on only a part of a company or only applied to certain products.

The years 2000: Environmental strategies have become global and include all aspects of a company. Marketing strategies are strong and help develop industry efforts and corporate investments in the quest to “produce more efficiently and cleaner”. More than just “green communication”, companies see their structures, their culture and way of working completely changed.

In terms of the board sports industry, one can point out the delay in terms of energy efficiency, recycling and human flow (such as in mountain resorts). Although Surfrider Foundation, Mountain Riders or Quiksilver Initiatives have produced strong campaigns such as “don’t destroy what you came to enjoy”, environmental action remains slow.

The surfing sector offers many constantly innovative and alternative initiatives. Product recycling, environmentally friendly manufacturing processes, product re-use… concepts are constantly created in this incredible race towards a clean company.

The concept of traceability is all the more important in the conception and the life cycle of a product. The obligation to inform on the origin of a product, its means and place of fabrication has become a given, and has started to resemble marketing strategies found in the food industry; consumers are no longer used by brands, but on the contrary have realized their power and demand the best, they demand quality.

Far from being simply a trend, one can break down sustainable development in three axes:

- Integration : respecting the environment is part of the company’s global strategy
- Innovation: through the life cycle of the products
- Education: a company has the clients and shareholders it deserves

Marketing schemes are therefore reversed for many companies: more than a request from clients or shareholders, it is the company, which offers an environmental strategy before it requested of it.

Although small companies have shown efforts and flexibility in implementing sustainability, actions remain slow and can sometimes be perceived as inefficient. However, this slow pace is necessary, as it represents not only heavy financial costs, but also radical and fundamental changes in production as well as in the culture and overall running of a company.

OVERVIEW OF SPORTS RETAIL IN EUROPE - Presentation by Pierre Gogin, FPS (Professional Federation of Sport and Leisure Industries)

The European sports market represents roughly 37 billion euros and is second on the international level only to the American market (source FPS). This highly developing sector where boundaries are unclear (since sport is a difficult notion to define) unites a multitude of actors: industrials, distributors, consumers.

Sports retail is implemented through various networks. There are indeed, several means of distribution:
 - sports specialized commerce, in which sports equipment is the main activity.
- and non specialized sports commerce, which includes global groups which offer sports products or sports related products such as :
- department stores
-  textile
- shoes
- mail order companies
- supermarkets

Today, specialized commerce dominates the distribution of sports products in Europe. It is a concentrated market, in which 50% of turnover is generated by only a few brands (such as Intersport, Decathlon, JJB…), and which has a tendency of becoming standardized due to European policy and the international nature of the majority of leading companies and brands.

2006 GERMANY  FRANCE  ITALY  SWITZ  AUSTRIA 
Turnover (million euros)
TOTAL TURNOVER 7 130  8 910  4 780  1 447  2 002 
SPECIALIZED COMMERCE 4 278 60% 6 690 75% 3 890 81% 1 158 80% 1 249 62%
NON SPECIALZED COMMERCE 2 852 40% 2 230 25% 890 19% 289 20% 756 38%

Chart: turnover (in million euros) and market shares of leading companies, brands and sports retailers, specialized and non specialized, in 2006
Source : FEDAS (Fédération Européenne des Associations de Détaillants en Articles de Sport)

Specialized sports retailers in Europe include 3 large families:
- Independant companies
- Corporate business: groups of professional independent companies, which follow name brand policies (Intersport, Twinner…)
- Integrated companies: multi sport stores, which belong to a network (Decathlon, GO Sport, le Vieux Campeur…)

Specialized integrated companies control sports product distribution on the European territory. Although specialized corporate businesses resist this tendency, independent companies, however have much difficulty competing.

In addition to this direct competition, one can observe that the respective roles of distributors and manufacturers are changing. For a long time, sports retail distributors were independent and complementary with industrials. Today, one can see the balancing of the industry-business relationship as well as a “verticalization” of sports markets. Distributors are now developing their own production (eg give: Decathlon with Quechua) and at the same time, the main sports manufacturers have become their own distributors (eg: flagships)

This « verticalization » of the market will continue to increase with the increase and development of mail order and online consumption.
 
One can distinguish two types of business online:
- traditional type companies which have established an online presence to develop “click and mortar” actions
- Companies whose activities are exclusively on the internet, referred to as “pure players”

The development of internet sales is spectacular and should outrank mail order in the very near future; however it also raises certain questions. Is the internet appropriate for sports equipment? How can a brand master such a powerful media?

In a market where direct and indirect competition is fierce, this new economy of sports retail has contributed to not only the development of mass consumption of sports but also to a certain democratisation, by giving consumers direct access to an ever increasing quantity of products. 

EuroSIMA Surf Summit #6 would not be possible without the support of all our sponsors: the Sporting Casino of Hossegor, the Boardsport Source magazine, the Chambers of Commerce and Industry of the Landes and the Basque Country, the Departmental Council of the Landes, the Regional Council of Aquitaine, the international trade fair for sports equipment and fashion ISPO and Foster's.

www.eurosima.com

 

Francaise

La sixième édition de l’EuroSIMA Surf Summit

Surfersvillage Global Surf News, 15 October, 2007 : - - La sixième édition de l’EuroSIMA Surf Summit, sommet de deux jours regroupant les dirigeants et leaders européens et internationaux de l’industrie de la glisse, s’est déroulée les 26 et 27 septembre derniers au Sporting Casino d’Hossegor.


Sous la présidence de Frédéric Basse, co-fondateur de Rip Curl Europe et Président de l’EuroSIMA (association européenne des industriels de la glisse), ces deux journées de conférences et de débats ont réuni une centaine de participants.Des professionnels et experts de qualité ont partagé leurs connaissances et exprimé leur point de vue sur les tendances futures du marché de la glisse.

SUCCESS STORY : LE GROUPE VOCENTO - Intervention de Fernando Berridi, El Diario Vasco

Vocento est le premier groupe multimédia et de communication en Espagne.  Sa part de marché (24,2%  du taux de circulation globale en presse) repose sur les 13 titres publiés quotidiennement (ABC, El Correo, El Diario Vasco, El Diario Montañés, La Verdad, Ideal, Hoy, Sur, La Rioja, El Norte de Castilla, El Comercio, La Voz de Cadiz et Las Provencias).


Ce positionnement fort en terme de publication, confère au groupe à la fois une indépendance et une qualité journalistique importantes, en plus d’une proximité encrée avec ses différents lectorats régionaux. En ce qui concerne son titre majeur, le Diario Vasco (90 000 exemplaires vendus chaque jour), les raisons qui poussent les lecteurs à acheter ce titre plutôt qu’un autre, sont les suivantes :

- Recherche de renfort
- Outil de distraction
- Besoin de formation
- Objet de détente
- Sentiment d’unicité
- Lien pour établir une relation sociale
- Le kilomètre sentimental (Proximité du lectorat et adaptation au localisme)

Ces raisons aussi variées soient-elles, sont aussi les mêmes lorsqu’il s’agit d’un titre magazine, d’une émission TV et/ou de la consultation d’un site Internet. C’est donc à partir de l’étude du comportement affectif des lecteurs du Diario Vasco, que le groupe Vocento a mis en place une stratégie globale de développement multimédia.

En effet, en plus d’être leader dans le domaine de la presse, Vocento est le premier groupe au niveau des suppléments hebdomadaires et de la presse magazine spécialisée. Son champ d’action s’étend également à l’audiovisuel et au divertissement, avec les supports radios et TV, ainsi qu’à Internet avec plus de 11 millions d’internautes directs.

En jouant sur les différents supports de l’éventail multimédia, le groupe Vocento s’adresse à tous les publics, chacun d’eux possédant un mode de vie bien différent, et donc une façon de s’informer unique. Ainsi en assurant une multiplicité des supports médias, c’est la satisfaction d’un public hétéroclite qui est assurée.


Au niveau de l’industrie de la glisse, et en particulier du surf, le groupe Vocento tente de se positionner de façon stratégique. Tout d’abord, parler de l’actualité d’un sport spécifique représente un potentiel de lecteurs particuliers et par conséquent de nouveaux clients. Le côté émotionnel du sport joue une place importante en terme de marketing et garantit ainsi à un groupe multimédia tel Vocento de toucher un public à travers des supports et des actions leur correspondant.

Des suppléments presse et le sponsoring, en collaboration avec la Fédération de Surf d’Euskadi, de tous les événements surf de la Côte Basque Espagnole, permettent au groupe une visibilité continue et par conséquent une légitimité, un lien particulier entre Vocento et le surf.

Se placer comme partenaire majeur de l’actualité surf, en diffusant une information correspondant à un public étendu, offre ainsi la possibilité  au groupe de passer d’une cible niche à un marché grand public. Le but étant toujours d’attirer et de fidéliser de nouveaux clients, le groupe suit l’explosion du Surf et sa popularisation croissante en se présentant comme partenaire multimédia officiel.

ROBBY NAISH : CONVERSATION AVEC UNE LÉGENDE DU WINDSURF

Conversation entre Férédric Basse, Président de l’EuroSIMA et co-fondateur de Rip Curl, et Robby Naish, légende du windsurf et du kitesurf Robby Naish (né Robert Staunton Naish, en 1963, à la Jolia, Californie) fait partie des plus grandes figures du windsurf mondial. C’est à l’âge de 11 ans, initié par son père que Robby fait ses débuts en windsurf, sur l’île hawaïenne d’Oahu.


Ce sport est une révélation, pour lui, dès le début. Plus qu’une passion, c’est déterminé et ultra-concentré qu’il se lance totalement dans le windsurf et gagne dès l’âge de 13 ans, son premier titre mondial. Malgré sa jeunesse, Robby fait preuve d’une maturité exceptionnelle : conscient du talent et de la chance qu’il possède, il travaille jour après jour à la recherche de l’excellence, de la maîtrise totale.


Professionnel et assidu, Robby s’impose un mode de vie strict : des objectifs de réussite précis et une discipline quotidienne rigoureuse pour les atteindre. Il reconnaît lui-même n’avoir toujours vécu que pour le sport et la passion du sport. Loin du surf business, il vit paisiblement, sans Internet ni téléphone portable et se lève chaque jour pour le windsurf, le plaisir de la glisse.

C’est avec un regard pessimiste qu’il juge l’envahissement des nouvelles technologies dans nos vies pour nous en rendre totalement esclaves. Grand amoureux de la liberté de la glisse, Robby est aussi un athlète qui vit pour son sport et non pour l’argent qui gravite autour. Vingt-cinq années de fidélité envers son sponsor Quiksilver résument le type de relations qu’il entretient avec ses partenaires financiers, ses collaborateurs et ses collègues de travail.

Figure d’excellence du windsurf international et multiple Champion du Monde, Robby se lance dans les années 90 dans le Kitesurf et devient là encore un maître incontesté de la discipline. Il crée en 2006 sa marque d’équipements de kite, sous son propre nom et attend de ses collaborateurs, en plus d’être pratiquants, une poursuite du plaisir dans ce qu’ils font quotidiennement.

Athlète prodige et sportif travailleur, Robby fait figure d’homme sage et mature qui mène sa vie sainement avec pour plaisir quotidien, la liberté de « rider
LES JEUNES À LA LOUPE - Intervention de Florence Hermelin, NRJ Lab

Pour la troisième année consécutive, NRJ Lab, groupe NRJ, s’est penché sur les éléments qui structurent la pensée et les actions des 11-25 ans à l’aide d’une étude qualitative et quantitative exclusive, YOUTHology®.

Ce sont plus de 650 jeunes qui ont été directement concernés par l’étude cette année, près de 150 questions posées via internet, plus de 50 questions ouvertes traitées par logiciel, près de 20 cahiers ethnologiques recueillis plus les groupes qualitatifs réalisés à Paris et en Province ainsi que des micro trottoirs.

Etat de Grâce: Nous avions quitté des jeunes saturés de peurs, désabusés vis-à-vis d’un monde où il semblait difficile de trouver sa place, ils apparaissent plus sereins et optimistes aujourd’hui. Une nouvelle dynamique d’espoir les anime suscitée par la période électorale. Les élections auraient su redonner aux jeunes un réel motif d’espoir, d’amélioration de leur situation. La France a un avenir, des perspectives. 7 jeunes sur 10 se déclarent optimistes.

Intime Limite: Les nouvelles technologies ont achevé de libérer la parole jeune. Grâce à l’anonymat des écrans, ils se sont confiés sans retenue, parfois à outrance. Plus de 8 jeunes sur 10 affirment qu’il n’y a pas de sujet tabou sur internet.

Conséquence, l’intime se mêle au collectif et les jeunes ont pris conscience de l’identité numérique et de l’importance des traces laissées derrière eux. Ils commencent à mesurer l’importance de leur réputation. Plus de 7 jeunes sur 10 font attention à ce qu’ils écrivent sur internet et 1 sur 2 a le sentiment d’être régulièrement observé.

De l’hyper sollicitation à un sentiment d’intrusion: L’hyper sollicitation des marques hier attendue, est aujourd’hui vécue comme intrusive et finalement jugée peu respectueuse de la vie privée. Les jeunes leur reprochent un manque de considération et d’audace créative. Ils ont le sentiment que les marques reproduisent à l’identique leurs pratiques de la vie réelle sans chercher à s’adapter ou en recopiant ce qui a pu fonctionner dans le passé.

Ils détestent plus que tout le diktat du « must have » technologique orchestré par les marques et rejettent toutes les formes de communication agressive :
- publicité par téléphone 88%
- SMS publicitaires 86,1%
- Courriers publicitaires (« spams ») 80,2

Ils refusent d’avoir à céder un peu de leur liberté pour gagner en plaisir. Il est donc temps pour les marques de conjurer ce sentiment d’invasion en privilégiant le réseau de proximité à la fois géographique et émotionnelle.

Une radicalisation des comportements- Parallèlement, YOUTHology® révèle la radicalisation du comportement d’un certain groupe de la population étudiée.

Les jeunes abordent cette nouvelle période avec tant d’espoir de changement qu’une déception pourrait les conduire à un repli sur eux-mêmes.
Immergés dans une culture du mimétisme, ils se nourrissent d’informations en totale affinité avec leurs préférences. Ce comportement pourrait aboutir à une pensée autarcique.

Autre radicalisation, l’avènement du « girl power ». Pour exister dans un monde masculin, les filles ont durci leur attitude. Cela passe d’abord par une quête ultra identitaire en réaction au sexe fort. Les filles se retranchent dans ce qui est encore inaccessible aux garçons en affichant une image ultra glamour pouvant aller jusqu’à la caricature.

Au delà, pour se prouver qu’elles comptent dans la société autant que les garçons, elles n’hésitent plus à en emprunter leurs codes et multiplier les comportements à risque. Elles fument plus de cigarettes (23%), admettent plus volontiers boire de l’alcool (52,8%) et sont plus nombreuses à reconnaître fumer des pétards tout le temps (2,7%).

Vers une responsabilisation des modes de consommation - Sans pour autant provoquer de révolutions inutiles, nos jeunes conservateurs d’hier imaginent pouvoir infiltrer le système pour mieux le contrôler et proposer une alternative pour changer le monde.

Les jeunes refusent aujourd’hui la banalisation de l’offre générée par l’hyper choix en accédant à un temps mieux maîtrisé et en limitant leur culpabilité croissante par des achats plus citoyens. Ils souhaitent donner un sens à leur consommation et se sentent responsables vis-à-vis des prochaines générations. Demain, le beau ne sera plus dans la nouveauté mais dans la durabilité (ex : produits susceptibles d’avoir plusieurs vies par le recyclage).

Ils attendent des marques qu’elles les accompagnent sur ce chemin. Des marques partenaires qui sont à la fois à l’origine de nouvelles pistes et un repère pour une consommation responsable.

En conséquence, il appartient aux marques de respecter ce formidable espoir de renouveau faute de quoi, l’équilibre fragile entre radicalisation et ouverture pourrait se rompre. Il est important d’accompagner les jeunes dans cette nouvelle dynamique qui valorise une intelligence plurielle et contributive, mise en lumière par les nouvelles technologies.

ÈRE DIGITALE ET CULTURE DES FLUX  - Intervention d’Isabelle Raugel, Paysagiste Numérique

Dans un monde en perpétuel changement, les technologies numériques modifient chaque jour les méthodes de travail, les relations entre êtres humains, jusqu’à notre propre façon de penser. Isabelle Raugel fondatrice du groupe de réflexion « Paysagiste Numérique », apporte un regard critique sur cette nouvelle ère qu’est celle de « l’ère digitale ».

L’explosion de l’Internet sur les dix dernières années est le point de départ de cette nouvelle ère. En 2005, plus d’un milliard de la population mondiale utilise Internet quotidiennement et plus de 2 milliards de personnes possèdent un téléphone portable. Le marché asiatique représente à lui seul + de 37% de connectés mondiaux et + de 41% d’utilisateurs de téléphones portables.

L’augmentation et la popularisation des blogs (pages personnelles) représentent la phase du « Show and Share », montrer et partager. Le blogging apparaît ainsi comme un média social permettant de mettre en relation les personnes mais aussi de donner la possibilité à ces mêmes personnes, de mettre en ligne et partager des informations. Les sites spécialisés, dans ce véritable « mécanisme du partage » se multiplient et chaque jour de nouvelles perspectives se mettent en place, pour connecter la population par affinité.

C’est donc face à une toile participative et non plus statique, que les industries doivent se positionner en proposant des produits pouvant être testés, utilisés et analysés. Le schéma classique des internautes utilisant l’Internet pour s’informer sur un produit, connaître ses caractéristiques, est désormais obsolète. Aujourd’hui, l’internaute doit pouvoir le tester et c’est là toute la difficulté de la stratégie marketing hors média.

Le produit se doit alors d’être valorisé par le net, dans une logique d’être profitable pour le partager entre utilisateurs. Sa notoriété va ainsi dépendre de la confiance émise par les utilisateurs, qui tiennent eux même le rôle de prescripteurs, acheteurs et consommateurs. La clé de la réussite pour une entreprise résidera en définitive sur la stratégie d’une économie type relationnelle (et moins industrielle), fluide, mutable et intangible, conforme aux attentes de ses différents publics.

DU VERT À L’OR : LES OPPORTUNITÉS DU DÉVELOPPEMENT DURABLE DANS L’INDUSTRIE DU SURF - Intervention d’Elisabeth Laville, Utopies

La démarche écologique des entreprises est entrée progressivement dans les sociétés industrielles, jusqu’à en devenir une norme à part entière. Que ce soit par conviction pure, par effet de mode ou par obligation juridique et/ou politique, les industriels ont dû adopter une stratégie verte pour répondre aux exigences de leurs clients et être tout simplement en phase avec l’évolution de la société. Elisabeth Laville, créatrice et directrice d’Utopies (cabinet consultant en stratégie de développement durable pour les entreprises), nous éclaire sur les étapes de cette démarche propre et ses différents types d’actions.

La prise de conscience écologique s’est effectuée en trois périodes : Les années 80 : Période durant laquelle les entreprises intègrent la protection de l’environnement sous forme de mécénat, de soutiens financiers aux organismes et s’associent symboliquement, mais sans changer leur stratégie commerciale et industrielle.

Les années 90 : Mise en place de mesures écologiques pour assainir l’entreprise, la rendre plus propre. Des rapports dédiés au développement durable comprenant des chartes, des conseils et des guides de conduite circulent au sein des entreprises. La prise de conscience se met en place, mais la stratégie écologique n’est pas encore globale, elle est concentrée sur une partie de l’entreprise, sur certains produits, uniquement.

Les années 2000 : La stratégie écologique devient globale et comprend l’entreprise dans son intégralité. Les campagnes marketing sont fortes, valorisent l’effort mené par l’industrie et également l’investissement des actionnaires dans cette quête du « produire mieux et plus propre ».
Plus loin qu’une communication verte, les entreprises voient leur structure, leur culture et leur fonctionnement totalement modifiés. 

Au niveau de l’industrie de la glisse, on note un gros retard en matière d’économies d’énergie, de recyclage des matériaux et des flux humains (notamment dans les stations de skis). Malgré les campagnes fortes de Surfrider Foundation, Mountain Riders ou Quiksilver Initiatives « Don’t destroy what you came to enjoy », l’action écologique est lente.

Le secteur Surf, propose de nombreuses initiatives alternatives, toujours plus innovantes. Recyclage des produits, processus de fabrication écologiques, ré-utilisation des produits sous une autre forme… les concepts se multiplient pour une course à la propreté effrénée.

Le concept de traçabilité joue de plus un rôle important dans la conception et le cycle de vie du produit. La nécessité d’informer sur la provenance du produit, son mode et lieu de production devient presque commune, et s’apparente à la stratégie marketing agro-alimentaire ; le consommateur n’est plus utilisé par les marques, il se rend compte de son pouvoir et souhaite le meilleur, la qualité.

Loin d’être un effet de mode, comme on pourrait l’envisager, le développement durable se décline en trois axes :
- Intégrer : le respect de l’environnement fait partie de la stratégie globale de l’entreprise
- Innover : à travers le cycle de vie des produits
- Eduquer : une entreprise a les clients et les actionnaires qu’elle mérite
Le schéma marketing est par conséquent inversé pour la plupart des entreprises : plus qu’une demande venant de leur clients / actionnaires, c’est l’entreprise qui offre sa démarche écologique avant d’avoir été sollicitée.

Malgré l’effort et la flexibilité des petites entreprises à mettre en place plus facilement des concepts écologiques durables, la démarche reste lente et peut être ressentie parfois comme inefficace. Or, cette lenteur est nécessaire, car plus que des coûts financiers lourds, elle implique des changements radicaux, que ce soit au niveau de la production, du fonctionnement et de la culture d’entreprise.

PANORAMA DE LA DISTRIBUTION D’ARTICLES DE SPORT EN EUROPE - Intervention de Pierre Gogin, FPS (Fédération Professionnelle des Entreprises du Sport et des Loisirs)

Le marché européen du sport représente environ 37 milliards d’euros et se positionne au deuxième rang international après les Etats-Unis (source FPS). Dans ce secteur économique en fort développement et aux frontières floues, car le sport est une notion difficile à définir, une multitude d’acteurs interviennent : industriels, distributeurs, consommateurs.

La vente des articles de sports se réalise par différents réseaux. Il  existe plusieurs formes de distribution :
- le commerce spécialisé sport, dont l’activité majeure est la commercialisation d’articles de sport,
- et le commerce NON spécialisé sport comprenant des enseignes et des groupes généralistes qui offrent des produits sportifs ou à caractère sportif tels que :
- les grands magasins
- le commerce de l’habillement
- le commerce de la chaussure
- les généralistes de la vente à distance (VAD)
- les hypers/supers

Aujourd’hui, le commerce spécialisé domine la distribution d’articles de sports en Europe. C’est un marché concentré dont 50% du chiffre d’affaires est réalisé par quelques enseignes (de type Intersport, Décathlon, JJB…) et qui a tendance à s’uniformiser compte tenu de la politique européenne en vigueur et du caractère international d’une majorité des entreprises et enseignes.

2006 Allemagne  France  Italie  Suisse  Autriche 
Chiffre d’affaires (million d’euros)
CHIFFRE D’AFFAIRES TOTAL 7 130  8 910  4 780  1 447  2 002 
CA SPÉCIALISÉ 4 278 60% 6 690 75% 3 890 81% 1 158 80% 1 249 62%
CA NON-SPÉCIALISÉ 2 852 40% 2 230 25% 890 19% 289 20% 756 38%

Tableau : chiffre d’affaires (en million d’euros) et parts de marché des principales entreprises et enseignes du commerce du sport, spécialisées et non spécialisées, en 2006. Source : FEDAS (Fédération Européenne des Associations de Détaillants en Articles de Sport)

Le commerce spécialisé sport en Europe comprend 3 grandes familles :
- les commerces indépendants
- les commerces associés : ce sont des groupements professionnels de commerçants indépendants mais soumis à des logiques d’enseigne (ex : Intersport, Twinner…).
- les commerces intégrés : ce sont des magasins multi sports appartenant à un réseau succursaliste (ex : Décathlon, Go Sport, le Vieux Campeur…).
Les commerces spécialisés « intégrés » contrôlent la distribution d’articles de sports sur le territoire européen. Bien que les commerces spécialisés « associés » résistent à cette tendance, les distributeurs indépendants, eux, y font face difficilement.

Outre cette concurrence directe, nous observons que les rôles respectifs des distributeurs et des fabricants sont remis en cause.
Pendant longtemps les distributeurs d’articles de sports étaient complémentaires et indépendants des industriels. Aujourd’hui nous assistons à un équilibrage de la relation « industrie - commerce » et à une verticalisation du marché du sport. Les distributeurs développent leurs propres productions (ex : Décathlon avec Quechua) et parallèlement, les principaux producteurs d’articles de sport sont devenus aussi des distributeurs (ex : centre de magasins de marque).

Cette verticalisation du marché va s’accroître encore davantage avec la montée de la vente à distance (VAD) et de la vente par internet.
Nous distinguons deux types de commerce sur internet :- les entreprises provenant de l'économie traditionnelle et qui ont une présence sur internet pour développer leurs activités, appelées « click and mortar ».

- et les entreprises exerçant uniquement leurs activités sur internet, qualifiées de « pure players ».
La croissance de la vente par internet est spectaculaire et devrait même supplanter la VAD dans les années à venir mais elle soulève également de multiples interrogations. Internet est-il approprié à la vente d’articles de sport ? Comment une marque doit-elle aborder un média aussi puissant ?

Dans un marché où la concurrence directe et indirecte est forte cette nouvelle économie de la distribution d’articles de sport a contribué non seulement à l’essor de la consommation sportive de masse mais aussi à une certaine démocratisation, en permettant au consommateur un accès direct à une quantité sans cesse croissante de produits.

L'EuroSIMA Surf Summit #6 n'aurait pu avoir lieu sans le soutien de tous nos partenaires : le Sporting Casino d'Hossegor, le magazine professionnel Boardsports Source, les Chambres de Commerce et d'Industrie des Landes et de Bayonne Pays Basque, le Conseil Général des Landes, le Conseil Régional d'Aquitaine, le salon des professionnels du sport ISPO et Foster's.

www.eurosima.com
 

New! B2B News ASBE-Surf   |  Receive News-Alerts







  Updated & Revised European Surforecasts
  More European surfing news available here


Stephanie Godin


Industry - Surfersvillage

Viewed: 
Weight: 
0
 
 

Latest photos

Newsletter

Follow us and sign up to our daily newsletter